lundi 8 mai 2017

ELENA STANCANELLI - LA FEMME NUE

RESUME:
La vie d’Anna vole en éclats quand Davide la quitte.  Incapable d’accepter la séparation, elle pirate son compte Facebook, suit ses moindres mouvements à l’aide de son  portable, et scrute de façon obsessionnelle ses échanges avec  sa nouvelle conquête. 
Très vite, Anna ne dort plus et maigrit  de façon alarmante.
Prise au piège dans ce vertige virtuel  de suppositions et de fantasmes, elle décide d’élaborer un  scénario implacable pour humilier sa rivale…
Dans une langue alerte et caustique, la narratrice dévoile ses  comportements les moins avouables et célèbre la renaissance  du corps.

MON AVIS :
Déroutant, c'est ce qui ressort de ma lecture.
En effet, c'est l'histoire d'Anna, qui suite aux infidélités de son compagnon: Davide, a énormément de mal à accepter la séparation, et va descendre dans les enfers de la noirceur de l'âme.
On la suit dans sa déchéance, qu'elle raconte, au point qu'elle ne se respecte plus elle-même: ni son corps, livré aux photos, aux hommes de passage, ni sa conscience, qu'elle fait noircir en se racontant des histoires, en espionnant Davide, en ayant des actions répréhensibles.
C'est tout cela que raconte l'auteur: la déchéance physique et mentale suite à une séparation, si on n'arrive pas à prendre de la distance avec ce qui nous arrive. 
L'écriture est vivante, crue parfois, et on plaint cette femme, qui réagit de cette façon, car elle ne sait pas comment reprendre confiance en elle et avancer sur le chemin de sa destinée.
C'est déroutant mais intéressant, car c'est une vision de l'intérieur, de la folie qui guette, de la décadence, de la fragilité, mais aussi des traces que cela laisse une fois le pire passé.
Une roman qui a eu plusieurs prix en Italie, à mon avis, pour le côté, vue de l'intérieur quand on se tire vers la déchéance morale et physique.

MA NOTE: 3/5

Citations :
" Se séparer ne signifie pas redevenir ce qu'on était avant de connaître la personne dont on se sépare. 
Se séparer signifie devenir une nouvelle personne."

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire