jeudi 1 décembre 2016

TRACY REES - L'OISEAU DES NEIGES


RESUME :
Janvier 1831. Aurelia Vennaway, huit ans, héritière d'une riche famille aristocratique du comté de Surrey, découvre lors d'une promenade dans les bois du domaine familial un nouveau-né bleu de froid, posé à même la neige. 
Malgré l'hostilité de ses parents, elle réussit à leur faire recueillir l'enfant, qu'elle baptise Amy Snow. 
A ses dix-huit ans, on découvre à Aurelia une maladie qui lui laisse peu de temps à vivre.
Elle décide donc de partir en voyage quelques mois. Avant de mourir, elle laisse pour Amy une série de lettres qui vont l'aider à découvrir qui elle est et lui transmettre l'héritage qui lui revient.
Amy s'embarque alors pour un périple aux quatre coins de l'Angleterre, avec, à chaque étape, une énigme à résoudre. 


MON AVIS:
Une lecture dépaysante, agréable, et passionnante.
Effectivement, la quête d'Amy, à la poursuite de ses origines, va nous emmener dans son sillage, à la rencontre de personnages affectueux, malsains, difficiles et dans divers lieux.
On est plongé dans la société victorienne anglaise, les paysages, les coutumes, et les tourments intérieurs d'Amy.
L'écriture de l'auteur nous permet de ressentir les différentes émotions d'Amy, les lieux visités et habités, les us et coutumes de la société anglaise victorienne. Et ce de par les descriptions, la variété des personnages, le langage utilisé, la narration, et l'empreinte magique dans le style.
C'est une excellente lecture et un beau portrait de femme, et ce pour un premier roman.
Un auteur à suivre.

MA NOTE: 5/5

samedi 19 novembre 2016

CHRISTINE NAVARRO - L'EVENTAIL D'IVOIRE

RESUME :
Madrid à l’aube des années 30. 
Carmen est une petite fille choyée, notamment par son grand-père. 
Mais à la mort de celui-ci, les événements se précipitent et obligent la famille à partir pour le Sud de la France. 
Qu’il semble loin soudain le temps de l’enfance insouciante... 
Les coups du sort n’épargnent pas Carmen, mais la jeune fille s’accroche à son rêve : devenir institutrice.

MON AVIS :
Un roman sur l'Espagne, sa noblesse, et comment on vit quand on est immigré, suite à la déchéance de ses titres et terres.
Carmen est une petite fille joyeuse, insouciante, entourée de parents aimants et d'un grand-père adorable.
Mais la mort de son grand-père, les différends suite à son héritage, dans une famille d'aristocrates espagnols, et à la guerre civile, dont on sent les prémices, oblige la famille à émigrer en France.
Carmen va alors s'apercevoir, que malgré ses efforts pour être intégrée, ses racines espagnoles, lui valent d'être méprisée et de subir des affronts.
Cependant, dotée d'un caractère joyeux et allant toujours de l'avant, elle va devenir un jeune femme, qui sait se faire une place et se plaire en France.
C'est une agréable et parfois triste histoire, que le destin de Carmen, de son enfance dorée, adolescente immigrée, à l'adulte traçant son chemin.

MA NOTE : 4/5

vendredi 18 novembre 2016

GUILLAUME LONG - A BOIRE ET A MANGER

RESUME :
Quels sont les ustensiles indispensables à tout cuisinier qui se respecte ?
Où trouver l'ail des ours ?
Que faire de nos amies les courges ?
Où aller manger si vous êtes à Venise ?
Et préparer un bon apéro ?
Et un risotto aux asperges ?
Et les crêpes ?
Pour Guillaume Long, la cuisine est un art de vivre ludique et les réponses à ces questions s'écrivent en bande dessinée.
Il recompose pour le livre les notes, recettes, anecdotes, portraits... imaginés pour son blog gastronomique. 
La cuisine pour tous racontée avec humour par un auteur de bande dessinée.

Le blog de l'auteur :A boire et à manger 

MON AVIS :
Une BD agréable, enrichissante et drôle sur la gastronomie.
L'auteur, Guillaume Long, nous fait part de ses conseils, anecdotes, pensées quotidiennes sur la vie de cuisinier et les aliments.
Il nous fait part de ses bons plans de restaurants et salons de thé à Venise, Budapest, entre autres.
Et il nous confie ses secrets de bonnes recettes, comme celle de la raclette, et j'aime particulièrement la recette du bon café !

MA NOTE : 5/5
Lu dans le cadre du mois du film documentaire, dont le thème en 2016 est sur la gourmandise


samedi 12 novembre 2016

LAURENCE COUQUIAUD - LA MEMOIRE SOUS LES VAGUES


RESUME :
Une photographe franco-japonaise vit le séisme du 11 mars 2011 à Tokyo.
Sans nouvelles de sa grand-mère, elle part à sa recherche dans la zone sinistrée par le tsunami. 
A Yokohama en 1863, O Kanekichi, geisha de renom, divertit les membres de la communauté occidentale naissante. 
Elle se lie à un peintre célèbre et à son associé, photographe immortalisant le Japon en voie de disparaître.
Les destins de leurs familles s'entremêlent au fil de grands événements historiques, de tragédies et de rencontres amoureuses.
Du passé et de la boue surgissent des vestiges, des images, le choix d'occulter les souvenirs ou la nécessité de les transmettre. 
MON AVIS :
C'est un premier roman qui a eu le prix Femme Actuelle 2016
L'histoire est intéressante car elle entrecroise deux destins:le premier, celui du 19 ième siècle, du temps des geisha, des débuts des illustrateurs et photographes de presse, qui retrace par leurs dessins et photos, la vie quotidienne, les batailles, et figent l'Histoire.
Et le destin de Yukiko, photographe, en 2011, qui subit le tsunami et va à la recherche de sa grand-mère.
Celle-ci, lors de sa convalescence, va lui ouvrir la boîte de ses souvenirs et lui conter l'histoire de leur famille.
C'est ainsi que vont s'alterner les chapitres, au temps des geishas, et en 2011.
Où l'amour va se manifester dans les deux époques, sous de formes différentes et qui va modeler le destin de Yukiko.
C'est bien écrit, l'écriture est fluide, l'alternance des chapitres est bien faite, et on est plongé dans ce destin pas commun.
Un bel opus pour un premier roman, et un auteur à suivre.

MA NOTE:4/5

jeudi 10 novembre 2016

RAMON BASAGANA - LE ROMAN DE L'AN MIL

RESUME :
Hiver 985 : en route pour Mayence, Samuel de Tolède, savant juif de grand renom et médecin personnel du Calife de Cordoue, fait halte dans une auberge avec sa femme et leurs deux enfants. Soudain, des hommes armés surgissent. Tout va très vite. Deux corps gisent bientôt dans une mare de sang. Tapis sous un meuble, les enfants sont pris d'effroi, mais parviennent à s'enfuir... la soldatesque à leurs trousses. C'est alors qu'un moine croise leur chemin, et que leur destin bascule entre intriques, tragédies, amour et retrouvailles .

MON AVIS :
Un roman historique enrichissant et qui fait passer un bon moment de lecture.
En effet, nous suivons le destin d'Alcym et Rébecca, qui de leur Orient natal, arrivent en France, en des temps où la peur de l'étranger et de la nouveauté est partout, où au nom de la religion, on commet des méfaits.
Là, nos héros vont connaître un parcours semé d'embûches mais également flamboyant par ce qu'il leur apporte: l'amour, la puissance,la politique, la culture, la médecine, le sens du prochain.
On y cotoie l'Espagne, Bagdad, la France, et les différentes religions.
On y vit aussi le quotidien de la population du Moyen-Age, de l'approche de l'an mil, des conspirations politiques et religieuses.
C'est vivant et agrémenté d'un soupçon de magie, d'une écriture fluide, qui en fait une  très agréable lecture.

MA NOTE :5/5

dimanche 6 novembre 2016

FRANCOIS-OLIVIER ROUSSEAU - DEVENIR CHRISTIAN DIOR

RESUME:
Paris, années 1920 : un jeune homme cherche sa voie. Il passe ses soirées au Bœuf sur le toit en compagnie d’artistes déjà célèbres qui tous le reconnaissent comme l’un des leurs.
Et pourtant Christian Dior ne sait pas encore comment exprimer son talent.
C’est en crayonnant des modèles de chapeaux et en dessinant des robes pour des rubriques de mode qu’il découvre enfin sa vocation.
Mais la guerre coupe court à ses ambitions.

Démobilisé, Christian Dior rentre à Paris et seconde Lucien Lelong qui se bat contre l’occupant pour garder en France l’industrie de la couture.
En 1947, il présente sa première collection : le New Look. 
Le succès est foudroyant et planétaire. La maison Dior devient l’incarnation du chic français, et son créateur un mythe instantané.
Voyage dans l’avant-garde artistique des Années folles et dans l’univers effervescent de la mode, cette biographie romancée fait revivre le destin mouvementé d’un créateur d’exception.

MON AVIS:
Une biographie intéressante sur ce grand nom de la mode : Christian Dior.
On y découvre la vie d'un jeune homme de famille aisée, mais que la guerre et les aléas de la vie, va amenér à cotoyer les artistes des années 30 à Paris, comme Ravel, Max Jacob.
Grâce à leur contact, et à son engouement pour la mode, il va créer des modèles, et sa future ligne de style.
C'est un parcours difficile, personnellement et professionnellement,  mais que Christian relève et poursuit dans l'objectif de créer sa maison.
Une lecture agréable et une belle biographie.
Je remercie Net Galley et les Editions Allary pour cette agréable découverte.
Pour compléter et en savoir plus sur tous les artistes des années 30, je vous conseille la série DVD "Les aventuriers de l'art moderne"

MA NOTE : 4/5




vendredi 4 novembre 2016

LAURENT GOUNELLE - LE PHILOSOPHE QUI N'ETAIT PAS SAGE

RESUME :
La forêt tropicale semblait retenir son souffle dans la chaleur moite du crépuscule. 
Assise devant sa hutte, Elianta tourna les yeux vers Sandro qui s'avançait. Pourquoi ce mystérieux étranger, que l'on disait philosophe, s'acharnait-il à détruire secrètement la paix et la sérénité de sa tribu?
Elle ne reconnaissait plus ses proches, ne comprenait plus leurs réactions... Qu'avaient-ils fait pour mériter ça?
D'heure en heure, Elianta sentait monter en elle sa détermination à protéger son peuple.
Jamais elle ne laisserait cet homme jouer avec le bonheur des siens.
Un roman captivant, plein d'humour, de sens et de suspense. Une histoire surprenante qui cache une subtile remise en cause de notre société.

MON AVIS:
Une histoire intéressante sur la façon dont on peut manipuler un peuple, en lui insuflant des besoins, qui inexistants jusqu'alors, deviennent essentiels.
C'est le récit d'une manipulation mentale à grande échelle, en utilisant tous les subterfurges : maladie, possession, séparation des personnes, faire disparaître la solidarité, violence, insécurité, pouvoir.
C'est triste car la population devient moins sereine et va à sa perte, mais également porteur d'espoir, car Sandro et Elianta, vont tout faire pour ramener la paix et la sérénité dans le village.
C'est une lecture agréable qui amène à réfléchir sur notre société de consommation actuelle.

MA NOTE:3.5/5

mercredi 2 novembre 2016

LES PETITS SECRETS DES GRANDS TABLEAUX

RESUME :
De quoi se nourrit une oeuvre ?
Que dit-elle de son auteur et du monde qui l'a engendrée ? 
Grâce aux techniques de l'animation numérique, chaque épisode passe à la loupe un tableau de maître, déambulant littéralement à l'intérieur de l'oeuvre, à la recherche de perspectives inédites.

La toile se dépeuple avant d'accueillir de nouveau les objets et personnages qui la composent ; des jeux d'ombre et de transparence soulignent les détails cachés ; des fragments s'animent pour accentuer les mouvements esquissés par le pinceau ; la caméra s'échappe du cadre pour explorer l'environnement qui l'entoure...


Au-delà de l'analyse graphique, la collection, racontée par Clémentine Célarié, voyage derrière la surface de la toile pour saisir le contexte de sa création et capter l'esprit de son époque, retranscrits à l'aide d'une abondante matière iconographique - cartes, gravures, photographies... "Les peintures prennent vie pour nous raconter guerres, révolutions, mutations économiques, découvertes scientifiques, croyances et courants idéologiques.
Producteurs : ARTE France, Les Poissons Volants, la RMN-Grand Palais, Réseau Canopé 

MON AVIS:
Une série d'épisodes de 26 mns, permettant à travers un grand tableau connu, de découvrir son environnement politique, sociétal, économique.
C'est très intéressant et distrayant, car cela nous immerge dans la société quotidienne de l'époque, et l'on en apprends à la fois sur l'Histoire, sur la société, et comment la peinture en est son représentant.

MA NOTE :5/5

lundi 31 octobre 2016

ISABEL ALBA - BABY SPOT


RESUME :
« Avec les films c’ est plus facile, parce que quand les images t’ envahissent et que t’ arrives pas à les effacer, tu peux te consoler en te disant que, comme dans les cauchemars, tout est faux, que rien de ce que tu vois dans ta tête n’ est vrai et que bientôt tout va disparaître pour toujours.
Mais ce qui est arrivé au Zurdo, et aussi à Lucas, je sais que c’ est arrivé pour de vrai, voilà pourquoi ça ne sort jamais complètement de ma tête.
 C’ est pour ça que je veux écrire, pour voir si j’ arrive à faire sortir toute cette histoire et à la laisser pour toujours sur le papier. »
Tomás, un garçon de douze ans, vit dans une banlieue de Madrid.

Un soir d’ août, son ami Lucas est retrouvé pendu à une poutre, sur un chantier abandonné.
Tomás se met alors à écrire. Son récit prend l’ apparence d’ un roman noir.

MON AVIS :
Un roman à bout de souffle pour deux raisons: peu de ponctuations et une histoire intense et dure, que le jeune Tomàs confie au lecteur.
Dans cette cité ouvrière Madrilène, Tomàs se retrouve témoin de la violence et sa perversité, amenant le suicide d'une jeune garçon.
C'est tout cela que nous raconte, comme un coup de poing, Tomàs, cette violence quotidienne, la peur, la honte, la misère financière et sociale, qui empêche de s'en sortir et qui enferme les gens.
C'est intéressant mais triste à la fois et on a envie d'aider Tomâs et cette cité à sortir de cet engrenage.

MA NOTE : 4/5

Merci au Matchs de La Rentrée Littéraire #MRL16 et les Editions La Contre Allée, grâce à qui j'ai découvert cette belle lecture.


jeudi 27 octobre 2016

DOMINIQUE NORA - LETTRES A MES PARENTS SUR LE MONDE DE DEMAIN

RESUME :
Les parents d’hier transmettaient à leurs enfants le savoir du passé pour les préparer à l’avenir.
Les enfants d’aujourd’hui initient leurs géniteurs aux nouvelles technologies pour qu’ils ne soient pas complètement perdus dans le monde de demain.
Emile, 27 ans, vit depuis plus de six mois à San Francisco, où il travaille pour UbiFrance, qui aide les PME hexagonales à se développer en Californie. 

La vingtaine de lettres qu’il écrit à ses parents durant un an nous révèle les bouleversements en cours dans tous les champs de la connaissance.
Des steaks de synthèse aux cerveaux augmentés par l’intelligence artificielle, des automates remplaçant les travailleurs aux cours en ligne remplaçant les enseignants, des drones livrant les colis à l’argent virtuel, en passant par l’utopie libertarienne de techno-paradis offshore affranchis de tout contrôle par les Etats : c’est le rêve ou le cauchemar d’un monde nouveau qui s’invente sous nos yeux dans les labos de la Silicon Valley.
En prêtant à Emile, dans une langue compréhensible par tous, son expertise, ses enquêtes de terrain et ses interrogations, Dominique Nora nous raconte de la manière la plus vivante ces innovations de rupture qui vont transformer notre vie quotidienne : une manière originale de nous offrir à la fois l’antisèche des parents et l’encyclopédie des ados…


MON AVIS: 
Un document intéressant, facile à lire, car sous format épistolaire.
De ce fait, à travers les lettres d'Emile à ses parents, on suit la vie du jeune homme dans la Silicon Valley, et ses découvertes au fur et à mesure de ses activités.
Cela nous permet d'avoir, de façon intéressante et vulgarisée, une connaissance rapide des actualités des nouvelles technologies et des pensées futures sur le modèle de société et de l'humain.
Cela amène à réfléchir sur ce que l'on souhaite vivre dans le futur, où sont les frontières du progrès, quelles seront les valeurs individuelles et de société.
Un ouvrage court, 224 pages, que je conseille à lire pour tous, ados et adultes.

MA NOTE: 5/5

Citations: 
"Cet état d'esprit "nouvelle, nouvelle frontière", qui n'a rien à voir avec celui de notre bonne vieille France, tellement conservatrice en comparaison.
Les données massives permettent de savoir qui vous êtes, ce que vous aimez ou ce que vous consommez.
Nous savons où vous êtes.Où vous avez été. Nous pouvons plus ou moins savoir ce à quoi vous pensez.
Il est très difficile de savoir ce qui sortira réellement des laboratoires ou start-up pour entrer dans le grand public et notre vie quotidienne.
Et ce n'est pas parce qu'on a tous dans la poche un smartphone surpuissant qu'on a su éliminer la grippe.
L'imperfection, l'ambiguïté, l'opacité, et l'occasion des commettre des erreurs, sont autant d'éléments constitutifs de la liberté de l'homme.
Une grande partie des jobs est progressivement remplacée par des robots et logiciels intelligents, ça pourrait poser des problèmes considérables pour occuper et rémunérer les exclus."